Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 janvier 2022 1 24 /01 /janvier /2022 22:35

Depuis quelques temps, on entend parler de "zone Château - Trémazan" (dans les comptes rendus de COPIL, lors les conseils communautaires de la CCPI...).

 

Il existe bien le Château de Trémazan, ce dernier est d’ailleurs bien plus proche de Kersaint, voire de Queleret que de Trémazan.

Il trône en bordure de la rivière du Château, qui se jette sur la plage... du Château.

Il ne s'agit bien sûr pas de la plage de Trémazan ! Cette dernière est située deux criques plus à l’ouest.

 

 

La plage du Château, elle, est située entre le hameau de Trémazan et le village de Kersaint, au beau milieu de la coupure d’urbanisation repérée dans le ScoT du pays de Brest (Schéma de cohérence territoriale)

 

 

Un bassin versant, c’est quoi ?

 

Un bassin versant ou bassin hydrographique est une portion de territoire délimitée par des lignes de crête (ou lignes de partage des eaux) et irriguée par un même réseau hydrographique.
A l'intérieur d'un même bassin, toutes les eaux reçues suivent, du fait du relief, une pente naturelle et se concentrent vers un même point de sortie appelé exutoire.

 

Quelles sont les lignes de crête dans ce secteur ?

 

Le géoportail offre un outil bien utile qu s'appelle le "profil altimétrique". Il suffit de tracer une ligne sur la vue satellite et les altitudes le long de cette ligne nous apparaissent.

Mesurons donc le "profil altimétrique" le long de la ligne bleue ci-dessous :

 

 

Le point jaune est situé sur la ligne de crête, il culmine à 22,39 m d'altitude.

 

Essayons une seconde ligne, un peu plus au sud :

 

Le point culminant du secteur se situe, à nouveau, entre le hameau de Trémazan et la plage du Château.

Quand il peut à Trémazan, l’eau s’écoule non pas vers la plage du Château mais vers la plage de Trémazan !

 

L’intégralité du hameau de Trémazan se trouve sur le bassin versant de la plage de  Trémazan et non sur celui de la plage du Chateau.

 

Sur le bassin versant de la rivière du Château, on trouve les hameaux de Queleret et de Toulran mais aussi et surtout une multitude de terres agricoles...

 

Les bassins versants de la plage de Trémazan (en rouge) et de la plage du Château (en jaune) sont distincts.

 

Confondre les deux démontre soit une méconnaissance totale de la géographie des lieux, soit une volonté de désinformer en créant la confusion.

Cette confusion permet opportunément d’accuser, à tort, les assainissements individuels du hameau de Trémazan pour expliquer la pollution bactérienne de la plage du Château.

 

La carte postale ancienne suivante, montrant la plage de Trémazan, permet d’apprécier la présence des deux bassins versants distincts (l’amer étant installé sur le point culminant du site)

 

 

Que disent les profils de baignade?

 

Les profils de baignade sont très clairs, il existe bien deux bassins versants distincts et la plage du Château est polluée par les eaux de la rivière du Château.

Un « bruit de fond » bactérien émanant de cette rivière peut éventuellement affecter indirectement la plage de Trémazan par temps de pluie, mais comme il n’y a pas de rivière se jetant sur cette dernière, l’inverse n’est pas possible.

Extrait du profil de baignade de la plage du Château

Extrait du profil de baignade de la plage de Trémazan

 

Il n’est donc pas sérieux d’incriminer les assainissements individuels du hameau de Trémazan pour expliquer la pollution de la plage du Château (fermée depuis 2019)

 

Par contre, comme ailleurs en zone littorale, le bon fonctionnement des assainissements individuels doit être vérifié régulièrement par le SPANC (service de l'assainissement non collectif) et les travaux de mise aux normes doivent être réalisés, pour permettre à la plage de Trémazan de continuer à arborer un classement « bon » de ses eaux de baignade.

 

Quand à l'éventualité d'étendre le réseau d'assainissement collectif jusqu'au hameau de Trémazan, en se cachant derrière l'état déplorable des eaux de baignade de la plage du Château, c'est un peu fort...

 

Il faut savoir que les sommes extravagantes mises en jeu pour un tel chantier1, seraient payées par nous tous, abonnés du service de l'assainissement, alors de grâce, un peu de mesure avec l'argent public.

 

 

1. On parle tout de même d'un minimum de 750 000€ pour un chantier qui n'est absolument pas planifié, qui débarque du jour au lendemain et qui viendrait peser  encore davantage sur la station de traitement de Ranterboul qui déborde déjà de toute part...

Partager cet article

Repost0

commentaires