Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 08:29

Une alternative aux poisons!

Le vinaigre blanc...

Les grandes firmes de la chimie nous vantent depuis très longtemps les vertus de leurs produits miracles.

Et ça ne loupe pas, au printemps et au début de l'été les mauvaises herbes viennent hanter nos pensées et poussent là où elles n'ont rien à faire...

La tentation est grande de répondre avec la grosse artillerie: herbicide, débroussaillant...

Attention!!! il faut garder en tête le fameux "circuit de l'eau". Si on désherbe dans un fossé le long d'une route par exemple, il faut se rappeler qu'un fossé n'est là que pour véhiculer les eaux de pluie ailleurs, plus bas... et ne nous voilons pas la face, dans nos communes littorales la mer n'est pas loin.

Accepterions nous de nous baigner dans de l'eau au glyphosate? non, bien sur. Et pourtant c'est le cas. Il suffit de regarder le long des propriétés ces fameux fossés jaunis pas le produit miracle ou ces champs gigantesques couleur canari!

Les enfants sont à la plage, ils jouent dans la rivière de Penfoul par exemple... (l'exemple serait le même avec Melon, Mazou, Gwen Trez etc..) que contient l'eau en ce début d'été? remontons la rivière... jetons juste un coup d’œil et cherchons cette couleur jaune caractéristique et gardons en tête que toute l'eau qui n'est pas absorbée par le sol ou évaporées arrive sur la plage...

Alors voici quelques alternatives aux produits dangereux:

 

 

1. Le désherbage à la main. C'est le plus écologique mais effectivement, il faut du temps et beaucoup d'énergie. Toutefois, en arrachant au jour le jour les quelques mauvaises herbes qui osent envahir les allées, cela ralentit l'"invasion".

 

2. Le désherbage thermique: des lances reliées à une bouteille de gaz permettent de griller les mauvaises herbes. Ces produits se trouvent en grande surface de bricolage ou de jardinage. Il ne faut pas se dire que c'est un produit miracle...

 

3. Une alternative au glyphosate existe, beaucoup moins polluante, beaucoup moins dangereuse pour la santé et bien moins chère: le vinaigre blanc! Je suis allé en grande surface, j'ai acheté 1litre de vinaigre ECO+ à 0,33€ (quel investissement!)

Le vinaigre est un mélange d’eau (92 %) et d’acide acétique (8 %).

J'ai pulvérisé sur des mauvaises herbes et l'effet a été radical, et de plus très rapide (dès le lendemain la plante est grillée)

Si la seule solution s'avère chimique optez pour un produit non nocif, non polluant et pas cher: le vinaigre blanc.

Conseil, pulvériser le produit, c'est plus efficace.

 

* Le produit le plus vendu à base de glyphosate est le ROUNDUP de la firme MONSANTO

quelques gouttes de vinaigre blanc sur la plante.

quelques gouttes de vinaigre blanc sur la plante.

Repost 0
Published by Webmaster
commenter cet article
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 21:34
Molène depuis Quilvit...
Molène depuis Quilvit...

L'A.P.P.C.L vous souhaite une bonne et heureuse année 2015.

Profitez bien de nos beaux paysages!

Repost 1
Published by Webmaster
commenter cet article
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 22:49

Un constat: les eaux de baignades situées à l’embouchure de rivières soufrent souvent d’analyses bactériologiques non conformes. Ceci n’est pas fait pour attirer les visiteurs estivaux…

La pollution bactériologique n’est pourtant que la partie émergée de l’iceberg. En effet, quid des pesticides ? Tous ces produits chimiques déversés sur les champs et qui inéluctablement finissent dans les eaux de ruissellement. Ils ne sont jamais recherchés car ces molécules sont si nombreuses sur le marché (plusieurs milliers) qu’il serait bien trop coûteux et même hasardeux de les rechercher toutes.

Pourquoi ne pas créer une zone de filtration de l’eau du Foul au bourg de Landunvez (sur le site défriché destiné à accueillir une promenade et des petits ponts…)

L’intérêt d’un tel projet serait de filtrer l’eau de cette rivière qui a eu l’occasion de parcourir un grand nombre de champs (pas toujours en règle avec la législation sur les bandes enherbées) et qui se jette sur la plage de Penfoul. (Là même où les enfants pataugent durant l’été !)

Voici un recueil de sites internet intéressants proposant des solutions de filtration des eaux de rivières grâce à des plantes :

http://www.ecologs.org/eau/les-traitements-naturels-la-phytoepuration-de-l-eau.html

Site très complet, avec des schémas et des plans de zones de filtration.

http://www.vivarmor.fr/fileadmin/users/vivarmor/se-documenter/Dossiers_de_VivArmor/Dossier_Nature__Ces_plantes_qui_depolluent__124.pdf

L'utilisation des plantes pour la dépollution et l'épuration des eaux usées.

http://fr.ekopedia.org/Traitement_des_eaux_par_phyto-%C3%A9puration

Site présentant de nombreuses photos de réalisations de filtres plantés.

http://crdp-pupitre.ac-clermont.fr/pnrva/9317-accueil-pnrva.htm

Un site très simple car il s’agit d’une école auvergnate qui présente « La zone humide qui sert à nettoyer l'eau de la Veyre »

http://www.eau-loire-bretagne.fr/les_rendez-vous_de_leau/les_rencontres/rencontres_2014/cnpl14_3_ZH-Aydat-SMVVA.pdf

(Coller dans la barre de votre navigateur internet favori...)

Dossier à télécharger très complet présentant la création de la zone humide pour filtrer les eaux de la Veyre (très bon exemple de ce qui serait faisable à moindre échelle sur Landunvez)

Laurent Le Berre

Responsable « eau » de l’A.P.P.C.L

Repost 0
Published by Webmaster
commenter cet article
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 22:18

Nous avions décidé de choisir Mazou pour une nouvelle démarche de notre association: encourager les municipalités à rendre leurs sites remarquables encore plus beaux en effaçant ces réseaux aériens si laids.

Certains endroits attirent les touristes car ils sont beaux, typiques, sauvages ou construits avec de belles bâtisses anciennes...

Mazou nous semblait réunir tous ces critères et pourtant quelle toile d'araignée! les réseaux EDF et télécom gâchaient toute tentative de prise de vue photographique...

Sous le mandat de M.Marzin, nous avions présenté notre souhait d'effacer ces réseaux aériens. A notre grande surprise, peu de temps après, des travaux avaient commencé et une partie du réseau électrique a été enfouie.

C'est déjà bien mais pourquoi s'arrêter en si bon chemin?

La route menant à la cale et la route de Quilvit sont encore jonchées de poteaux il n'est pas prévu d'enfouir les câbles qu'ils portent. (voir 2 photos)

Allons au bout de la démarche, donnons à Mazou encore un peu plus de cachet en le libérant des réseaux aériens.

Un bon exemple: le bourg de Brélès. Quelle impression agréable que de passer près de l'église et d'admirer le panorama sur l'aber Ildut sans le moindre fil pour gâcher le tableau.

Le 28 octobre dernier, nous avons rencontré M.Robin , adjoint en charge des travaux et de l'urbanisme (en rapport avec le SDEF). Nous avons pu lui présenter notre démarche.

Nous sommes conscients que de tels travaux coûtent cher mais finir d'effacer les réseaux aériens sur le site de Mazou serait une grande réussite pour cette nouvelle équipe municipale.

Enfouissement des réseaux à Mazou (Porspoder)
Enfouissement des réseaux à Mazou (Porspoder)
Repost 0
Published by Webmaster
commenter cet article
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 21:02

Suite à la lecture de cet article, nous avons rencontré M.Héliès, nouveau maire de Landunvez. (voir ci-dessous)

Après nous avoir fait les reproches de rigueur, compte tenu de nos démêlés judiciaires avec la précédente municipalité, nous avons pu discuter calmement de ce projet.

Rappelons simplement que ce n'est pas de la faute de l'A.P.P.C.L si la commune de Landunvez a des soucis financiers mais plutôt celle de l'ancienne équipe municipale qui a été jusqu'au bout de deux procès qu'elle ne pouvait que perdre. (quand on se fait flasher à 160km/h sur la voie express, on ne dit pas que c'est de la faute du gendarme qui tient le radar...)

Notre vocation est d'oeuvrer pour garder un caractère sauvage et préservé pour notre pays, ce qui le rend d'ailleurs attractif.

 

Ce projet de zone verte de M.le Maire nous parait intéressant d'un point de vue écologique (l'aspect économique ne fait pas partie de nos compétences...)

Pourquoi pas offrir aux promeneurs un espace au fil du Foul tout en respectant la zone humide.

Une réflexion m'est d'ailleurs venue en lisant l'article et en compulsant les analyses d'eau de baignade de l'été. 

Pourquoi ne pas créer sur cette zone une vraie zone humide de décantation et de filtration* destinée à filtrer les eaux de cette rivière qui se jette sur la plage de Penfoul?

Je ne pense pas que planter des espèces végétales au fort pouvoir purificateur de l'eau coûte une fortune. (nous nous proposons de creuser le sujet et de fournir le fruit de nos recherches à la mairie)

De plus, quelle chance de pouvoir ainsi agir pour améliorer les eaux de baignades de la principale plage de la commune. La règlementation va d'ailleurs changer durant l'année 2015.

« La directive prévoit des normes de qualité des eaux douces différentes de celles des eaux de mer et généralement plus sévères que celles fixées par la directive précédente. »

 

* Les zones humides de décantation et de filtration seraient de type « roselières ». 

Elles permettent de filtrer les eaux (azote, phosphore) et de décanter les matières (rétention des matières en suspension).

Une roselière ou phragmitaie est une zone humide naturelle où poussent principalement 
des roseaux (phragmites). Les roselières jouent un rôle important en participant à la propreté de son milieu en filtrant les matières et permettant la décantation. Les roseaux assimilent dans leurs tissus des polluants (nitrates, métaux lourds, hydrocarbures notamment). En outre, les roselières constituent 
des milieux propices à la faune.

 

 

 

article du Télégramme 1/11/2014

article du Télégramme 1/11/2014

Repost 0
Published by Webmaster
commenter cet article
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 13:45

L’Assemblée Générale annuelle de l’Association pour la Protection et la Promotion de la Côte des Légendes aura lieu le Samedi 01 novembre à 18h00 heures à la salle municipale de Pen ar Vur à Porspoder.

Entrée Libre.

Les sujets suivants seront abordés :

  • adhésions 2014.
  • Présentation de nos activités de l’année 2013/2014.

-Les dossiers « urbanisme » :

  • Suites de nos actions en justice, le point sur les condamnations…
  • Les dossiers chauds…
  • Les modifications des PLU à venir.
  • Problématique du stationnement sur la frange côtière.

-La pollution des cours d’eau :

  • Etat des lieux… (surveillance du Foul)
  • Eau « potable »… Le point sur la SPL.

-Les réseaux aériens(ERDF, Telecom) : Etat des travaux à Mazou…

-Le site internet et les réseaux sociaux : point sur la fréquentation.

 

Repost 0
Published by Webmaster
commenter cet article
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 08:33

Une nouvelle page du site est consacrée aux plantes envahissantes et invasives qui agressent la végétation du littoral:

cliquer sur le lien:

http://appcl.over-blog.com/2014/05/les-plantes-envahissantes-et-invasives.html

Ravenelle VS Armerie...

On peut d'ailleurs remarquer que ce sont souvent les zones où l'on fait brouter les chevaux qui sont envahies de ravenelle...

Une réflexion doit donc se faire: effectivement, c'est joli, ces chevaux permettent aux touristes de faire de magnifiques photos mais à quel prix?

  • Piétinement de la dune.
  • Surpâturage. (arrachage de la flore locale)
  • Apport de semences d'ailleurs et prolifération des espèces envahissantes (ravenelle , herbes des champs...)

Notre association amie (Protection des dune de Porspoder) se plaint régulièrement à la mairie quand elle constate des cas de surpâturage sur les dunes.

 

Il faut aussi inventorier les zones qui sont encore à préserver et interdire à la population grandissante de chevaux d'aller y pâturer...

La dune de Trémazan (près du parking d'entrée de route touristique), une partie des dunes de porspoder, la dune de Melon (côté Mazou) La dune de Poull Fourou (entre Garchine et Mazou à Porpoder) sont déjà des sites où la magnifique pelouse littorae a été rudement abîmée et où une végétation de prairie prend le pas sur la végétation indigène.

Repost 0
Published by Webmaster
commenter cet article
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 13:55
Enfin une voix différente

Quelle surprise!

Après de longs mois à taper sur la loi littoral qui serait difficile à comprendre et qui demanderait à être toilettée... Le Télégramme a offert un espace à un avis différent:

M.Le Délézir, Géographe à l'université de Bretagne Sud dresse un constat et semble même penser que la loi de 1986 n'a pas assez ralenti le phénomène de mitage de la côte.

Le chiffre avancé fait peur: "l'artificialisation de la côte Atlantique" a gagné "autant de terrain lors des 20 dernières années que pendant les 2000 précédentes"!

Et pourtant la loi littoral de 1986 a 28 ans!

Alors, est-il si pressant de toiletter la loi pour laisser plus de latitude aux Maires?

Evidemment non. D'ailleurs, ce lobbying anti loi littoral ne devrait pas aboutir.

C'est ce que nos sources (très bien placées puisque auditionnées par le groupe d'étude du Sénat ) nous ont appris:

"L'idée clé est la suivante : l'application de la loi littoral ne peut pas se faire à l'échelle de la commune (terminé chacun veut développer sa commune) mais à l'échelle d'un territoire pertinent. Point n'est besoin de la modifier(la loi) si elle est appliquée à un autre niveau. "

Les sénateurs ont intégralement approuvé ce point de vue sur le sujet, à une exception : Les intervenants proposaient de ressusciter les directives territoriales d'aménagement par co-décision Etat - région, ils proposent que seule la région établisse ces directives qu'ils ont appelé charte d'aménagement.

Repost 0
Published by Webmaster
commenter cet article
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 09:09

La méthode est toujours la même quand il s'agit d'envoyer un pavé dans la mare au sujet de la loi littoral:

"Cette loi est une bonne loi mais il faut la toiletter..."

La loi littoral est une loi qui a été précisée au cours des années et des différents cas pratiques qui se sont présentés. 

Il y a eu de grandes victoires comme celle de notre asso en 1990 qui a empêché la construction d'un restaurant panoramique devant la chapelle Saint Samson à Landunvez.

Le Télégramme aurait pu classer les promoteurs du projet dans la famille des "victimes".

(le mot n'est pas choisi au hasard...)

Je lis dans l'article: "même grandes, les lois ne font pas toujours l'unanimité". Quel argument! bien sur qu'aucune loi ne fera jamais l'unanimité. Et doit-elle la faire l'unanimité? (demandez aux français s'ils veulent payer des impôts et vous la verrez l'unanimité...)

Bien sur que le maire qui se fait retoquer par le tribunal administratif sera remonté contre la loi littoral et tous les "écolos qui l'empêchent de bétonner tranquillement".

L'article qui énerve au plus haut point les élus bétonneurs est l'article L146-4-1.

Alors toilettons cette "bonne" loi littoral et oublions cet article, tout le monde n'y verra que du feu. Sauf que cet article est la pierre angulaire de l'édifice qui permet encore au littoral français de ne pas ressembler à la Costa Brava espagnole.

Voir nos explications en suivant ce lien

Je lis dans l'article: "décentraliser...redonner le pouvoir aux élus locaux...création de CRAL (charte régionale d'aménagement du littoral)" qui doit être validée par le Conservatoire national de la mer...

Redonner le pouvoir aux maires dans quel but? il existe une loi qui est la même pour tous les français. En quel honneur le maire de la commune X aurait des droits différents de ceux de la commune Y?

Les élus locaux connaissent bien leur territoire, c'est indéniable. Mais ils connaissent surtout les gens qui y vivent. Il leur est souvent difficile de refuser un permis de construire à des amis qui ont usé leurs fonds de culottes sur les même bancs de l'école communale...

Comment refuser à un copain la manne financière que représente la vente de terrain à bâtir?

Et malheureusement, c'est le mal français, le copinage.

"T'inquiète, vote pour moi et tes terrains passeront constructibles...  "

Actuellement, les maires honnêtes qui respectent la loi, au risque de se mettre à dos une partie de leurs électeurs propriétaires terriens, ont une parade simple:

"Pouce! c'est pas moi qui refuse ton permis, c'est la loi. En vertu de l'article L146-4-1, ton terrain n'est pas situé en agglomération mais dans un hameau, il est en extension du périmètre déjà bâti. Si je passe ton terrain constructible, je suis hors la loi et je suis susceptible d'être condamné"

Actuellement, le maire d'une commune littorale gère son espace comme il l'entend. Il définit le PLU en faisant des choix quant aux terres constructibles et aux zones préservées pour l'agriculture.

Il a les mains totalement libres tant qu'il reste dans les clous d'une loi qui ne souffre pas, comme le rabâche le télégramme depuis des années "de l'imprécision de ses dispositions"

L'article L146-4-1 est maintenant connu et compris de tous les acteurs de l'urbanisme littoral. Si un maire se plaint que cet article est difficile à comprendre, il est grand temps de le virer pour incompétence!

 

Le PLU rédigé doit être visé par la préfecture avant d'être applicable. Cela ressemble beaucoup au Cral et au fameux conservatoire de la mer non? 

Pourquoi créer encore des documents administratifs aux acronymes incompréhensibles (pour le coup) alors que la démarche reste inchangée? je ne comprends pas bien...

 

Enfin bon, cette nouvelle charge ressemble encore et toujours à une attaque des remparts qui nous préservent d'un bétonnage irréfléchi d'un littoral qui, comme nous l'avons constaté avec la tempête et les grandes marées du 1er février, reste un territoire sauvage qu'il faut protéger.

 

 

 

 

 

 

l'article

l'article

Repost 0
Published by Webmaster
commenter cet article
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 08:36

J'aimerais avoir le beurre et l'argent du beurre s'il vous plait!

C'est un peu comme cela qu'on pourrait analyser la situation actuelle. En effet, nous croulons sous les effluents d'élevage, nous ne savons que faire des tonnes de lisier produites pas nos porcheries mais nous simplifions les tracasseries écologiques qui ennuient les agriculteurs.

Nous avons déjà été lourdement condamnés par Bruxelles en raison de l'état déplorable de nos cours d'eau et de nos eaux de baignade mais nous nous cachons les yeux.

Simplifions, faisons plaisir aux pollueurs expansifs en leur simplifiant leurs pratiques. Oh! quelle surprise, nous allons une nouvelle fois être condamnés ...non vraiment, ils nous embêtent à Bruxelles! laissez nous polluer en paix!

incompatibilité!
incompatibilité!

incompatibilité!

Repost 0
Published by Webmaster
commenter cet article